750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Plume et fourchette

Blog qui se voulait culinaire à sa création et qui bifurque un brin. Recettes, cocktails, coups de coeur et humeurs. Un peu de tout quoi! Merci de me demander pour l'utilisation des photos.

Aubergiste! Qu’on m’apporte à boire!

Publié le 18 Novembre 2020 par Plume et Fourchette in Cocktails

Gin Gin à la poire (sans alcool)

Gin Gin à la poire (sans alcool)

Depuis quelques années, je trouve que je bois trop d’alcool. La pandémie n’aide pas, mais la réflexion était là bien avant. En fait, elle a commencé lors d’une visite annuelle chez mon médecin où j’avais vraiment envie de mentir aux questions : « Combien de consommations par semaine prenez-vous et est-ce que vous buvez tous les jours? »

Quand on commence à vouloir emballer la vérité pour ne pas paraître trop mal aux yeux du docteur, ça sonne une cloche.

Pourtant, je ne considère pas du tout avoir un problème avec l’alcool. Je bois pour me détendre, pour ajouter un côté festif à un souper ou une rencontre entre amis et surtout parce que je suis épicurienne et que j’adore essayer un nouveau vin ou inventer des cocktails. Rien de bien méchant. Mais un peu comme ma réflexion sur le sucre ajouté dans les aliments, la question des effets de l’alcool sur ma santé me préoccupe.

Au même titre que les desserts et les pâtisseries, l’alcool est pour moi un plaisir de la vie et bien que je sois consciente des effets néfastes de l’un et de l’autre, je n’ai pas envie de m’en priver complètement. Comment faire alors? Cette question me trotte dans la tête depuis bien longtemps. L’alcool est tellement associé à des sentiments positifs de joie et de relaxation qu’il est souvent devenu comme un réflexe. On veut décrocher du travail, célébrer un moment joyeux ou juste ajouter une touche festive à une journée tristounette et la première chose à laquelle on pense, c’est de se verser un bon verre de (insérez ici votre poison favori)!

J’ai donc essayé avec les années toutes sortes d’alternatives pour remplacer les boissons alcoolisées : les mocktails, les shreds, les vins sans alcool, etc. J’essayais à chaque fois de me convaincre que c’était excellent, mais au fond, j’étais toujours un peu déçue. Je ne retrouvais jamais le bon goût du gin ou la chaleur d’un Syrah. Jusqu’à ce que je change mon « minding ».

Premièrement, j’ai arrêté de rechercher le même goût que dans un verre d’alcool. Il y a quelques produits qui sont assez bluffants, mais je me suis dit que j’aimais le tofu même si ça ne goûte pas le bœuf. C’est une alternative. Déjà, on est ailleurs. Les gestes qui accompagnent la préparation d’un mocktail sont les mêmes et le rituel que j’aime est là, les saveurs sont différentes c’est tout. Quand l’envie me prend d’un « vrai » drink, je m’en fais un et je le savoure. Ça, c’est la deuxième illumination importante. Boire en pleine conscience.

Je suis en train de lire ce livre de Rosamund Dean :

C’est vraiment intéressant de mon point de vue. Justement parce qu’on ne parle pas d’abstinence (même si le sujet est abordé), mais plutôt d’une consommation modérée. J’essaie d’être plus présente dans ma vie de tous les jours, de méditer pour diminuer l’anxiété, alors pourquoi ne pas appliquer ces principes à la consommation d’alcool. Observer nos ressentis quand on a envie de boire. Décider consciemment de sauter des jours dans la semaine. Apprécier davantage les boissons qu’on décide de prendre. L’auteur mentionne tout de même qu’il est beaucoup plus difficile de boire avec modération que de s’en priver totalement. Pour toutes sortes de raisons (je vous invite à lire le livre pour plus de détails). Mais j’aime l’idée d’intégrer la pleine conscience à mes choix de nourriture et de boisson.

Je n’écris pas ces lignes pour faire la morale ou pour vous convaincre de quoi que ce soit. C’est une réflexion que j’ai depuis plusieurs années déjà et j’avais le goût de vous en glisser un mot. Je vais continuer à faire de délicieux cocktails (avec et sans alcool) et de profiter des petits et grands plaisirs de la vie au maximum! L’un n’empêche pas l’autre, au contraire!

Voici justement une petite recette avec un « gin » québécois sans alcool que vous pouvez trouver à l’épicerie. La bouteille est super belle et ça me donne le goût de sortir mon shaker!

 

Gin Gin à la poire (sans alcool) inspiré de cet article

2 oz de HP Juniper (disponible en épicerie)

1 oz de sirop de gingembre maison

1 oz de nectar de poires

½ oz de jus de citron

3 oz d’eau pétillant (à ne pas mettre dans le shaker!)

 

*Pour le sirop de gingembre, c'est tout simple : porter à ébullition 3/4 de tasse d'eau et 1/2 tasse de sucre. Retirer du feu et ajouter 1 c. à soupe de gingembre frais râpé. Laisser reposer 10-15 minutes et filtrer. Se garde environ 2 semaines au frigo.

Commenter cet article